Les trois pays ayant le moins de décès dus à la Covid-19 en Amérique latine ne font pas l’info

– Savez-vous quels sont les trois pays qui ont relativement le nombre le plus faible de décès dus au Covid-19 en Amérique latine ? Les chiffres sont fournis par l’Institute for HealthMetrics and Evaluation des Etats-Unis et, curieusement, ils ne font pas l’objet d’un titre de presse (1). Savez-vous pourquoi ? Parce qu’il s’agit du Nicaragua, de Cuba et du Venezuela (2). Pays soumis à des sanctions ou à des blocus des États-Unis et qui ont des politiques de santé d’orientation publique.

Parlons de la liberté de la presse en Russie… et aux États-Unis. Vladimir Poutine a répondu pendant une heure à toutes les chaînes occidentales pour rendre compte de sa récente rencontre avec Joe Biden. Au cours de la conférence de presse de ce dernier, par contre, les médias russes ont été interdits (3). Un autre exemple de la liberté de la presse « made in USA » : Emily Wilder, correspondante de l’agence américaine Associated Press, de religion juive, a été licenciée pour ses critiques envers Israël sur les réseaux sociaux (4).

Selon un rapport récent de l’OIT et de l’Unicef, 8,2 millions d’enfants travaillent en Amérique latine et dans les Caraïbes (5). S’il y avait à Cuba des chiffres significatifs de travail des enfants, n’en doutez pas : nous aurions de longs reportages sur un symptôme de plus de l' »échec communiste ». Mais si, aujourd’hui, au Pérou, il y a plus d’un million d’enfants qui travaillent, pourquoi ne parlent-ils pas de l’échec du système capitaliste (6) ?

L’Union européenne a imposé de nouvelles sanctions à la Biélorussie pour l’arrestation de l’opposant d’extrême droite Roman Protasevich, après le détournement d’un avion de la compagnie Ryanair. Pour Bruxelles, c’est « une attaque contre la démocratie, la liberté d’expression et la souveraineté européenne » (7). Il y a huit ans, rappelons-le : l’avion officiel d’Evo Morales, alors président de la Bolivie, fut forcé d’atterrir en Autriche, après la fermeture de l’espace aérien par l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la France. L’ordre venait du gouvernement des États-Unis, qui assurait que, sur cet avion, se cachait le dissident américain Edward Snowden (8). Ce qui ensuite s’avéra faux. Mais qui nous montre en quoi consiste la « défense de la souveraineté européenne ».

Colombie : depuis la fin du mois d’avril, le nombre de morts dans les manifestations sociales, la plupart dues à la répression policière, dépasse les 70 (9). Plus de 500 personnes ont disparu. Fin mai, l’activiste argentin Juan Grabois, participant à un comité d’observation, fut déporté par le gouvernement colombien (10). Qui, malgré tout, est traité avec des gants de soie par la presse internationale. Maintenant, imaginez que les morts, la répression, les disparitions ou les déportations se produisent à Cuba… ou au Venezuela.

Ce pays, le Venezuela, subit un blocus économique brutal. Non seulement cette nation pétrolière, en raison des sanctions qu’elle subit, est restée 14 mois d’affilée sans vendre un baril de pétrole (11). Non seulement tous ses fonds publics et ses réserves d’or sont retenus par la banque internationale (12). Il y a quelques jours, le mécanisme COVAX de l’Organisation Mondiale de la Santé a confirmé qu’après avoir reçu de Caracas 109 millions de dollars pour l’achat de vaccins anti Covid, la banque UBS, en application des sanctions des Etats-Unis, avait bloqué le paiement (13). Scandale médiatique ? Zéro.

https://www.cubainformacion.tv/especiales/20210625/91927/91927-los-tres-paises-con-menos-muertes-por-covid-19-en-america-latina-no-son-noticia-italiano-francais-deutsch

Publié dans Actuel

Revolucionarios première partie

Revolucionarios deuxième partie

Événements

Archives

La fin du blocus ?

L'image volée de Guantanamo

La France à Cuba