Washington s’oppose à l’ONU à une levée de son blocus contre Cuba

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté mercredi, comme chaque année depuis 1991, une résolution non contraignante appelant les États-Unis à lever leur blocus commercial, économique et financier sur Cuba, Washington, isolé, votant contre en réclamant des progrès démocratiques.

La résolution a été approuvée par 191 pays, deux ont voté contre, États-Unis et Israël.

L’année dernière, Washington s’était abstenu pour la première fois en un quart de siècle, après le rapprochement historique opéré en 2014 par l’ex-président démocrate Barack Obama avec La Havane, réchauffant les relations diplomatiques et assouplissant l’embargo commercial.

Dénonçant une « pièce de théâtre politique », l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a affirmé que « chaque année, l’Assemblée générale de l’ONU perdait son temps à examiner cette résolution ».

Les États-Unis « ne craignent pas l’isolement », sont opposés à cette résolution et continueront d’avoir cette attitude « tant que le peuple cubain sera privé de ses droits », a-t-elle ajouté. « Le blocus de Cuba est inscrit dans la loi américaine et seul le Congrès américain a le pouvoir d’y mettre fin », a précisé Nikki Haley. Elle a critiqué « l’état déplorable de l’économie cubaine » et « l’oppression du peuple » cubain, qui doit avoir le droit « de s’exprimer librement » et « de choisir ses responsables politiques ».

Le Département d’Etat avait annoncé mardi que les États-Unis voteraient contre la résolution présentée par Cuba. « La politique de (Donald) Trump sur Cuba met l’accent sur la progression des droits de l’homme et la démocratie à Cuba tout en maintenant les engagements qui servent les intérêts nationaux des États-Unis », a expliqué le Département d’Etat.

Lors du débat avant le vote, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a vivement critiqué « les déclarations irrespectueuses » de Nikki Haley, empreintes de « beaucoup de cynisme », estimant que son pays « foulait aux pieds la charte des Nations unies ». « Les Etats-Unis sont seuls dans ce dossier contre Cuba », a-t-il lancé.

La Russie a aussi déploré un « recul évident » et une « rhétorique belliqueuse » des États-Unis, tandis que la Chine critiquait également la position américaine.

Le blocus commercial, économique et financier américain pèse sur Cuba depuis 1959.

Source : Romandie.com
(AFP / 01 novembre 2017 18h53)

Tagués avec : , ,
Publié dans Actuel, Blocus, Cuba

Mariela Castro Espin

Événements

„Die Revolution endet nicht mit ihren Guerilleros“ (M. Diaz-Canel)

29.05.2018
in Quartierzentrum Breitsch-Träff, Bern

Les défis de la Révolution cubaine dans le contexte actuel

31.05.2018
in Maison des Associations, Yverdon-les-Bains

"26 de Julio" in BERN

21.07.2018
in OVG, Muri b. Bern

"26 de Julio" in BERLIN

28.07.2018
in Stadtpark Lichtenberg (Parkaue), Berlin

Archives

La fin du blocus ?

L'image volée de Guantanamo

La France à Cuba