On ne peut pas être anti-impérialiste tout en répétant des mensonges impérialistes

« Gauchistes », libertaires, anarchistes, progressistes, trotskistes, savent que pour être efficace, le mouvement anti-impérialiste doit être orienté vers le marxisme-léninisme, ou du moins vers l’approche dialectique du marxisme-léninisme dans la recherche de la vérité. Sinon, le mouvement continuera à être largement défini par l’opportunisme plutôt que par une opposition de principe aux machinations impérialistes.

Rainer Shea
Source italienne:https://www.cuba-si.ch/it/non-puoi-essere-antimperialista-se-ripeti-le-menzogne-imperialiste/
trad. Andrea Duffour

La maladie infantile du communisme: LE « GAUCHISME » eBook: Lénine, Vladimir Ilitch: Amazon.fr

Les impérialistes de Washington ne fabriquent pas de consentement pour leurs actions belligérantes dans le monde en essayant de faire aimer aux gens l’idée de mener une guerre économique contre des civils, ou de maintenir des populations entières sous la menace perpétuelle de la destruction nucléaire, ou de mener des tactiques d’intimidation militaire qui violent le droit international. Ils maintiennent les peuples du pouvoir impérial dans un état de complaisance vis-à-vis de ces politiques en diabolisant sans relâche les nations visées.

Si le public est amené à croire qu’un pays cible emprisonne des millions de minorités ethniques et religieuses, ou que le dirigeant du pays est un « dictateur », ou que la liberté d’expression est inexistante sous le gouvernement « totalitaire » du pays, la conversation ne portera pas sur les raisons de l’agression des États-Unis contre le pays. Le dialogue ne peut que se concentrer sur la diffamation du régime défavorisé, et non sur la critique des agissements des États-Unis. Et certainement pas sur l’examen des motivations géopolitiques et socio-économiques qui expliquent pourquoi la classe capitaliste des États-Unis souhaite soumettre ces pays en particulier.

Non, l’attention de tous doit être dirigée vers l’ennemi du jour. La machine de propagande derrière les machinations impérialistes dépend du fait que les masses regardent les événements dans le monde à travers une vision myope de la géopolitique, lorsque leur gouvernement et les médias leur disent des choses négatives sur certains pays uniquement par désir de faire avancer la « démocratie » et les « droits de l’homme ».

Sous ce spectre de la propagande de guerre, il n’est pas étonnant que la géopolitique elle-même ne soit généralement pas perçue, même par les nombreuses tendances de gauche qui se considèrent comme anti-impérialistes. Cette impulsion culturelle – celle qui encourage les gens du noyau impérial à regarder les événements mondiaux de leur propre point de vue idéologique tout en ignorant des facteurs complexes comme la géopolitique – est à l’origine du comportement commun de la gauche qui s’oppose à l’impérialisme dans l’abstrait tout en encourageant la propagande impérialiste dans la pratique.

Si votre priorité est l’anti-impérialisme, la bonne approche est de juger la nature des pays anti-impérialistes en fonction de leurs conditions objectives, et non de décider de ces conditions en fonction de ses propres préjugés idéologiques. Par exemple, si vous examinez les informations sur la RPDC à partir de cette position analytique et sans jugement, vous arriverez à la conclusion qui a été formulée par la candidate présidentielle du Parti pour le socialisme et la libération, Gloria La Riva : la RPDC est une nation socialiste que les socialistes et anti-impérialistes mondiaux doivent soutenir.

Le parti de La Riva fonde ses analyses sur la philosophie marxiste-léniniste du matérialisme dialectique, qui exige que l’on examine les conditions objectives d’un peuple avant de décider comment le traiter. Compte tenu de cet aspect du marxisme-léninisme, il n’est pas étonnant que les marxistes-léninistes aient tendance à être ceux qui défendent le plus souvent la Chine et les autres pays anti-impérialistes diabolisés. Leur anti-impérialisme est pratiqué selon les principes de vérité objective autour desquels s’articule leur ligne politique.

C’est lorsque les tensions politiques ont des priorités différentes de la dialectique qu’ils ont tendance à tourner autour de la vérité sur les pays anti-impérialistes pour s’adapter à leurs propres agendas idéologiques. Les libertaires défendront la Russie contre des accusations infondées d’ingérence dans les élections, tout en qualifiant la Chine socialiste ou la Corée de « totalitaires ». Les progressistes défendront l’Iran contre des accusations de belligérance, tout en qualifiant de « dictature » le gouvernement Chavista démocratiquement élu au Venezuela.

Les anarchistes verront l’opposition vénézuélienne pour l’outil impérialiste de droite qu’elle est, puis ils se retourneront et glorifieront le YPG de Syrie comme des révolutionnaires « socialistes libertaires » – même si les dirigeants du YPG travaillent avec les forces d’occupation américaines pour exploiter illégalement le pétrole syrien. Il y a aussi une chance qu’ils participent à l’hystérie fabriquée autour du supposé « génocide » des ouïghours en Chine, tout cela pour faire avancer leur discours idéologique selon lequel le socialisme « autoritaire » est mauvais.

Toutes ces souches se positionnent à certains moments comme anti-impérialistes (ou simplement « anti-guerre » si elles veulent éviter de mentionner le mot crucial), mais leurs préjugés idéologiques entrent inévitablement en conflit avec leurs objectifs déclarés. Un exemple conséquent de ce type d’hypocrisie est celui de Bernie Sanders, qui a essayé de donner l’impression qu’il était anti-guerre malgré sa complicité dans la campagne de bombardement de la Yougoslavie en 1999 et dans de nombreuses autres actions impérialistes.

La nature contradictoire de sa carrière « anti-guerre » a été illustrée lorsqu’il a voté contre la guerre en Irak, bien qu’il ait facilité les sanctions contre l’Irak qui avaient tué des centaines de milliers de personnes. Apparemment, affamer lentement des gens à mort pour faire avancer un programme géopolitique lui convient, mais les tuer avec des bombes pour la même raison dépasse un peu les bornes. Enfin, à moins qu’il ne s’agisse de Yougoslaves.

Ces types de comportements conflictuels issus des souches non marxistes de l' »anti-impérialisme » sont motivés à la fois par des préjugés idéologiques et par ce qui a peut-être motivé les politiques contradictoires de Sanders en Irak : la perspective. Soutenir des invasions est facile à considérer comme une erreur, mais peu de gens songeront à vous confronter pour avoir soutenu des sanctions. Dénoncer les agressions militaires illégales de Trump contre l’Iran sera largement considéré comme admirable, mais dénoncer la guerre secrète de changement de régime menée par les Etats-Unis en Syrie vous donnera des réactions très mitigées ; seuls ceux qui ont suffisamment fait leurs recherches sur la Syrie, et qui savent que les « rebelles modérés » de ce pays sont des groupes terroristes soutenus par les Etats-Unis, vous admireront pour vous être prononcés contre elle. Les autres seront influencés par la propagande qui dépeint les forces rebelles comme des « combattants de la liberté » et qui tente d’inspirer de la sympathie pour le YPG.

The truth and the lie about Kurdish-American relations in Syria | Русская весна

C’est pourquoi la plupart des opérations impérialistes américaines sont menées d’une manière qui les rend faciles à dissimuler. Les manifestations  » pour la démocratie  » financées par la CIA à Hong Kong, les manifestations soutenues par les États-Unis en Thaïlande, l’effort soutenu par les États-Unis pour renverser le Hezbollah au Liban et l’opposition fasciste soutenue par les États-Unis en Biélorussie sont des exemples récents de ces campagnes cachées de changement de régime impérialiste. Bien sûr, ce n’est qu’après l’arrivée au pouvoir des « révolutions » impérialistes – comme cela s’est produit l’année dernière en Bolivie – que les partisans d’une « révolution colorée » cesseront d’essayer de s’associer à l’effort de changement de régime. Les libéraux qui appelaient à la « nuance » en novembre dernier, lorsque le président démocratiquement élu de Bolivie a été évincé par un coup d’État fasciste, ne sont plus aussi désireux de s’exprimer maintenant que le régime putschiste persécute et massacre les populations indigènes.

La Causa de Catón: Una Dictadura democrática?

Pour être efficace, le mouvement anti-impérialiste doit être orienté vers le marxisme-léninisme, ou du moins vers l’approche dialectique du marxisme-léninisme pour trouver la vérité. Sinon, le mouvement continuera à être largement défini par l’opportunisme plutôt que par une opposition de principe aux machinations impérialistes. Sans un engagement à contrer tous les mensonges que l’empire américain raconte sur le monde, les gens pourront choisir les mensonges dont ils veulent débattre en fonction de ce qu’ils pensent que la vérité devrait être.

Publié dans Actuel, International

Revolucionarios première partie

Revolucionarios deuxième partie

Archives

La fin du blocus ?

L'image volée de Guantanamo

La France à Cuba